Accueil » A l'affiche, Portraits de carpistes

Interview de Raphaël Biagini

22 juillet 2010 Un commentaire
Pin It

Bonjour Raphaël, peux-tu te présenter en quelques mots et nous raconter comment t’es venue la passion pour la pêche à la carpe ?
Bonjour,
Je m’appelle donc Raphaël BIAGINI. J’ai 30 ans et je vis dans le sud de la France.  Sur le plan professionnel, je suis assistant de direction. Je suis un homme passionné par beaucoup de choses. J’aime dessiner, c’est pour moi un super moyen d’expression. Je passe également beaucoup de temps sur mon piano, jouer de la musique m’est indispensable.  Mais ce n’est pas tout, j’adore aussi écrire et voyager, j’ai passé plusieurs années de ma vie loin de mes racines.

Ma passion pour la pêche de la carpe m’est venue en 1992. Alors que je pêchais la perche sur le Vidourle, petite rivière Gardoise, j’ai piqué une petite miroir. Surpris par la touche et par ce combattant hors norme, je n’avais jamais vu ça, j’ai quelque peu précipité les choses. Hélas, je n’ai pas sorti ce poisson de l’eau, il s’est décroché. Ceci dit, sans le savoir encore, une passion dévorante venait de naître en moi… Et elle n’est toujours pas morte, loin s’en faut !

Il y a quelques temps, tu as tourné un premier DVD intitulé « Carp & Catfish adventures Europe » avec Tony Davies-Patrick. Qu’est-ce qui ta donné envie de te lancer dans cette aventure ?
Plusieurs choses. Avant tout, cette aventure est une rencontre. Ayant beaucoup voyagé, j’avais une réelle envie de rencontrer Tony dit : « The Globtrotter ».  Vivre ailleurs apporte quelque chose de très spécial, d’autant plus lorsque les destinations sont lointaines. Un homme qui s’est adapté à une civilisation en rien comparable avec la sienne a souvent des notions, des visions des choses qu’il est rare de trouver chez une personne « sédentaire ».
D’autre part, il serait ridicule de m’en cacher, je suis une personne médiatisée depuis maintenant 10 ans. Réaliser un film entre dans cette logique des choses et je trouverais dommage de me priver de ce « délire » alors qu’il m’est proposé. C’est un bon moyen pour moi d’apporter, aux pêcheurs désireux de le découvrir, ce petit truc en plus qu’offre le son et l’image. Cela entre donc parfaitement dans ma démarche, transmettre quelque chose à qui souhaite en profiter.

Tu as tourné dernièrement un second volet avec Tony Davies-Patrick. Peux-tu nous dévoiler le contenu de certaines séquences ? Et pour quand est-il prévu ?
Hum, je ne souhaite pas tout dévoiler!  Disons que ce DVD, dit par Tony comme le meilleur de ses DVD, est super complet. Il regroupe à mon sens tout ce qu’un passionné peut avoir envie de regarder. Des doutes, des difficultés, des analyses, des remises en questions puis du fish, des big fish, des séquences underwater hallucinantes, de longues interviews, des explications très détaillées… Un tout qui en fait un DVD à ne surtout pas rater!!!
Concernant sa sortie, je n’ai hélas aucune date à donner pour le moment. Tony bosse dessus actuellement mais nul doute que cela sera très prochainement.

En Mai 2009, tu as capturé pour la seconde fois une magnifique miroir surnommée « Nautilus ». Peux-tu nous raconter ta première rencontre avec ce splendide poisson ?
J’ai effectivement eu la chance de capturer Nautilus pour la seconde fois en 2009 au poids hallucinant de 35,5 kg. Un réel événement puisqu’il ne s’était pas capturer une telle miroir sur le domaine publique français (même mondial) depuis 28 ans avec le poisson de Marcel Rouviére.

La première fois que j’ai rencontré ce poisson, c’était en 2003. Alors que je tournais avec mon bateau pour amorcer les coups que j’avais choisi, il est apparu en surface à seulement quelques mètres de moi. Il est arrivé doucement du fond puis à juste fait rouler son flan sous mes yeux, sans un bruit, pour redescendre à la même vitesse. L’eau étant translucide, j’ai eu le bonheur de le contempler comme s’il était dans mes bras.
Depuis ce jour, je me suis promis que je pourrai un jour le caresser. C’est ce qu’il s’est passé 2 ans plus tard, en 2005, lors d’une session incroyable avec un ami.  Je m’en souviens comme si c’était hier! Alors que le combat était loin d’être gagné, la carpe s’étant réfugiée au milieu de blocs de béton armés, j’ai tout de même réussi à la hisser dans mon épuisette. Le lendemain matin, allongée sur mon tapis, je la regardais avec passion et me suis dit qu’il fallait lui donner un nom. Ce mâle, très grand et peu épais, à l’époque du moins, était un vrai sous-marin.  Son poids de 28 kg le rendait impressionnant. C’est ainsi que j’ai décidé de l’appeler Nautilus.

Quels sont tes prochaines ambitions et souhaits dans le monde de la pêche à la carpe ?
Mes prochaines ambitions ??? Outre le fait de continuer à passer du bon temps, parce que c’est bien ça l’essentiel,  je dirais que le rêve fou de faire un doublé de 30 kg me passe dans la tête (avec en plus un sujet record du monde… Ca ne serait pas beau ça ?). J’aimerai également attraper une commune de plus de 25 kg dans mon fleuve favori. J’ai eu la chance d’en avoir le record durant des années et je me dis qu’un tel poisson serait un vrai spécimen, aussi, voire plus important qu’un poisson comme Nautilus à mes yeux… C’est une histoire sentimentale !

Mais ce n’est pas tout. Je suis actuellement en train d’écrire mon livre et j’aimerais vraiment qu’il soit apprécié par ses lecteurs. Cet ouvrage est très important pour moi, j’y mets tout mon amour, et j’espère que cet amour sera transmis au plus grand nombre.

Pour quelle(s) raison(s) as-tu quitté la team « Atome-X » ?
Je ne souhaite pas particulièrement répondre à cette question dans le détail. Non pas que j’ai des choses à cacher, loin s’en faut, mais parce que je juge que cela ne regarde personne. Rassurez-vous, si besoin était, je suis toujours très bon pote avec David Tartaglione et je peux vous assurer que ses bouillettes sont de très bons produits.  Je ne suis pas non plus ce que l’on appelle un opportuniste (pour rester poli) puisque je n’ai aujourd’hui aucun sponsor. Je ne suis donc pas parti de son team par « infidélité », ce n’est pas mon genre…

Quels intérêts et inconvénients as-tu trouvé dans le sponsoring ? Et es-tu prêt a t’y relancer ?
Pour être très franc je n’y ai jamais vu beaucoup d’inconvénients! J’ai eu la chance d’avoir plusieurs sponsors et aucun d’entre eux n’a jamais rien exigé!  La seule chose que l’on ait pu me demander est de dire ce que je pense des appâts ou du matériel avec lequel je pêche. Il me semble tout à fait normal d’écrire ou de dire que j’ai pêché avec ceci ou cela dans mes articles car, même sans sponsor, je l’aurais fait… Tout simplement par ce que c’est la vérité! On ne m’a jamais demandé de porter un tee-shirt, une casquette, de vanter des produits même s’ils ne me convenaient pas, de me rendre à telle ou telle compétition ou salon. Bref, je n’ai jamais était contraint à quoi que ce soit…

Les avantages sont évidents. Les différents sponsors que j’ai eus m’ont fait confiance et m’ont permis de pêcher dans les meilleures conditions gratuitement. Je ne vois pas comment nier le fait que d’arriver au bord de l’eau avec des centaines de kilos de bouillettes gratuites et du matériel au top gratuit également, est un plus indéniable. Ceci est vrai tant d’un point de vu budget que sur le plan des possibilités de pêche. Le matériel et les appâts ne font pas tout, il serait idiot de le penser, mais pouvoir pêcher confortablement dans un contexte maîtrisé ne peut que fournir de bons résultats, certainement bien meilleurs qu’avec des moyens limités.
Enfin, concernant le fait que je sois prêt à être à nouveau sponsorisé, ma réponse est oui…

Parmi tous les lieux publiques dans lesquels tu as plongé tes lignes, quels sont tes 3 destinations préférées et pourquoi ?
Je me permets de commencer par une légère rectification concernant l’énoncé de la question, j’espère qu’il ne m’en sera pas tenu rigueur. Je ne pêche pas dans le privé. Je n’ai pêché qu’un lieu payant à l’entrée et c’était le lac de Sarulesti en Roumanie (un contexte bien différent de ce que nous appelons « privé » en France). Je ne peux donc citer que des lieux publiques…

Concernant mes trois destinations préférées, je dirais en tout premier mon fleuve de cœur, l’Hérault. Je ne sais expliquer avec exactitude pourquoi j’ai ce fort sentiment pour cette eau mais depuis le premier jour où j’y ai trempé mes lignes j’en suis amoureux.  C’est un lieu sauvage, mystérieux, magnifique. Aussi paradoxale que cela puisse paraître, il ne cache pas de mammouth et pourtant c’est la destination que j’apprécie le plus. Il suffit que je m’assoie sur ses berges pour me sentir profondément bien!

En seconde position je dirais que c’est une flaque d’eau proche de Mandelieu la Napoule. Cette sablière ne fait peut-être pas 2 hectares  et c’est le lac que j’appelle : « Mon Maître »! C’est, de loin, l’endroit le plus complexe que je n’ai jamais pêché.  J’y ai passé des dizaines et des dizaines de nuits pour des résultats maigres quantitativement,  mais énormes par rapport à ceux que les autres pêcheurs que j’y ai croisé ont obtenu. Le nombre de carpes que j’y ai capturé se compte presque sur les dix doigts des mains pour des mois passés à me remettre en question… Une expérience riche d’enseignement, qui forge un caractère à toute épreuve!

Enfin, je dirais que ma troisième destination préférée est un petit canal qui s’écoule non loin de chez moi. C’est l’endroit sur lequel je lançais mes lignes lorsque je faisais semblant de partir à l’école étant ado. J’ai passé mes 13-14 ans à le pêcher. J’étais tellement heureux d’y attraper des fusées écaillées de seulement quelques kilos. Puis, plus de 10 ans après, j’ai décidé de le revisiter et là, surprise! J’ai eu la chance d’y découvrir de très vieux et beaux poissons… Encore une histoire de cœur!

Tu es aussi Fan de la pêche en mer. Y retrouves-tu des sensations proches avec celles de la pêche de la carpe ?
Oui, et fan est peu dire. La pêche en mer est quelque chose que je vis d’une façon totalement différente de celle de la carpe. Je n’y recherche pas les mêmes sensations et émotions. J’aime traquer les poulpes dans leurs caches pour leur proposer une sardine, j’aime la puissance des congres piégés avec des amis sur du matériel léger,  j’adore me battre contre des saupes furieuses à la rapidité impressionnante, et comment ne pas vous parler de la violence de chaque combat que j’ai pu faire contre des billards (gros maquereaux espagnols). Et puis, il m’est impossible ne pas vous avouer mon amour pour ce poisson magnifique qu’est la dorades royale!  C’est, à mes yeux, la pêche la plus noble. C’est un animal qui me fascine, dont la traque est d’une technicité sans égale. Attraper des médaillons (petites dorades dont la taille égale la main) au vers est un fait, réussir de gros tableaux comblés par la capture de nombreux beaux poissons en est un autre. Je pense pourvoir vous confier que c’est la pêche que je préfère. Certes les prises ont un poids limité mais, techniquement parlant, cette « discipline » est bien plus complexe et captivante que celle visant à duper et piquer des carpes…

Tu es entrain de rédiger un livre sur la pêche de la carpe. Peux-tu nous en dire un peu plus ?
Bien entendu! Je suis en train, depuis quelques mois, de poser noir sur blanc toute cette passion qui est la mienne. J’ai pour souhait de réaliser un gros ouvrage très différent de ce qu’il est possible de trouver sur le marché. Je ne sais exactement quand il sera terminé, mes espérances quant à sa qualité finale me demandent beaucoup de temps. Mon but est de réussir à transmettre aux lecteurs, ligne après ligne, tout ce que j’ai vécu, compris, ressenti, comme s’ils pouvaient voir à travers mes yeux. La pêche est quelque chose d’important dans ma vie et je me dois de mettre dans ce livre l’importance exacte qu’a ma passion dans ce que je suis. Je ne peux trop en dévoiler, mon « concept » se veut novateur mais je vous assure y mettre tout mon cœur!

Un petit dernier mot pour la fin Raphaël ?
Oui! Je vous souhaite à tous de vivre vos rêves les plus fous au bord de l’eau!

Merci pour cette interview et le temps que tu as bien voulu y accorder.
En espérant te revoir sur mon blog et pourquoi pas t’y lire 😉

Mais de rien. Merci à toi de me l’avoir proposé…

admin
Pin It

Termes de recherche :

  • bouillette atome x
  • carpe roumanie
  • etang de mandelieu peche

Les articles suivants pourraient vous intéresser :



Un commentaire »

  • Mickael dit :

    Bonjour, j’aimerais savoir ou a été effectué la prise! serait-ce au lac saint-cassien ?

Laissez votre message !

Rédigez votre message ci-dessous ou créez un rétrolien depuis votre propre site web. Vous pouvez aussi suivre les réponses via le flux RSS.